Quand les islamistes s’attaquent aux femmes à Tombouctou

Posted on

Les islamistes se retournent contre les femmes maintenant
Depuis l’occupation de Tombouctou, les « islamistes » qui occupent la ville s’étaient jusque-là contentés de s’en prendre aux habitudes des habitants en général : destruction des lieux de ventes et tout ce qu’il y a comme stock d’alcool, de cigarettes. Profanation et destruction des mausolées et autres lieux religieux qui ne cadrent pas avec l’islam radical qu’ils prônent, ainsi ils ont mis sur pieds des brigades qui ont méticuleusement détruit tout ce qu’il y a comme indication sur les tombes de tous les cimetières.
Maintenant l’heure est aux femmes : ils sont passés dans toutes les mosquées de Tombouctou pour dire aux marabouts d’avertir les femmes de la ville des décisions qu’ils ont prises les concernant.
Les habits que les femmes de Tombouctou portent ne respectent pas l’islam et ils ne sont pas islamiques, elles doivent désormais obligatoirement porter le voile appelé TOUNGOU à Tombouctou sinon elles feront le frais de la police islamique qui n’hésitera pas à les arrêter et à les faire fouetter.
Mais ce n’est pas tout ! Interdiction aussi est faite aux femmes de sortir la nuit après 23h.
La curiosité de cette ordonnance réside dans le choix de l’habit qui est désormais imposé : le voile.
Il est vendu sur les marchés de Tombouctou par les arabes de la ville et c’est leur habit traditionnel en fait. Mais les femmes noires préfèrent encore leur tissus teintés WAX.
Depuis l’occupation de la ville les femmes se contentaient d’ajouter un grand voile à cet habillement cela ne plait plus aux nouveau pouvoir qui trouvent que ces dernière étaient plutôt des jupes et trop occidentaux.
La conclusion à en tirer est qu’il s’agit peut être juste d’une campagne de marketing forcée pour faire repartir les affaires de leurs confrères arabes qui ont beaucoup perdu depuis le 31 mars. Les marchandises qu’ils amènent ne s’achètent pas faute de clientèle. La ville est pratiquement évidée de sa population et ceux qui restent ne peuvent acheter des voiles (première marchandise de ces derniers) alors qu’il faut se nourrir coûte que coûte !!!
Le lieux où les femmes se rendent tous les jours à Tombouctou est le marché , notamment celui de YOBOUTAO. Avant les tomboctiennes s’y retrouvaient pour se faire admirer se maquillant outrageusement et s’y retrouvant toutes à 10h créant des bousculades et laissant un marché presque vide à 11h.
le marché est devenu le lieux de chasse aux femmes de la police islamique qui n’hésite pas à poursuivre les femmes qui ne sont pas assez bien habillées à leur gout pour les fouetter et les poursuivre jusque dans les maisons.

Advertisements

Souvenir souvenir: 31 mars à Tombouctou

Posted on

Djingarey Ber

 

Cette date est presque fatidique pour les habitants de la ville des 333 saints (on se demanderait à quel saint se vouer entre tous!). L’inquiétude avait commencé à envahir les cœurs dès que l’on apprit la prise la ville sœur de GAO.

Ils sont si proches, que faire? Fuir? Rester? Se cacher?

Mais une chose est certaine en ce samedi: les militaires ont une information qu’ils n’ont pas fait passer aux civiles ( et pour quelle raison!). Elle apporte une réponse qui sonne comme un verdict : il faut fuir  (à l’anglaise !),  avant que ces sanguinaires, qui n’ont pas hésité à décapiter des soldats maliens, n’arrivent sur les lieux. Et tous les moyens sont bons pour s’en aller, détaler  ventre à terre sans prêter attention aux biens qu’on a mis tant de temps à acculer et oubliant cette population que nous devons protéger. Pas un seul véhicule n’est resté au marché de YOBOUBER (grand-marché de Tombouctou) où on trouve les voitures en partance pour DOUENTZA et MOPTI. Ceux qui sont à la sortie ont-ils vu  partir les voitures des officiels de la ville à toute allure ? Oui, certainement ! Mais les vieilles femmes qui se lèvent tôt pour le préparer les fours pour le pain traditionnel ont été fort étonnées et quand elles ont entendu des tirs à l’armement lourd ( le savent-elles ?) elles ont compris, tous les habitants de Tombouctou ont compris :

LES REBELLES SONT A LA PORTE DE LA VILLE SAINTE