journal le Reporter

je suis malien et j’étais Charlie

Posted on

Il était Charlie. Le premier Charlie parmi les présidents africains, chapeau noir, grand manteau noir et une belle cravate rouge, qui ressemble trait pour trait à celle du missionnaire français Voulet ou de Chanoine, ces deux explorateurs qui en ont fait voir aux indigènes de l’espace nigérien, brûlant et tuant sur leur passage.

credit photo: www.rfi.fr
Entre Hollande et Netanyahu s’il vous plaît! crédit photo: http://www.rfi.fr

Pendant que d’autres présidents – ou ancien président- luttaient pour avoir une place de choix à côté du démocrate Hollande, lui n’a point eu à fournir d’effort. C’est à lui qu’est revenu cette place de choix et de rêve : marcher main dans la main avec Hollande, dénoncer cet acte barbare visant à décimer la rédaction du journal satirique français : Charlie Hebdo.

Oui, il était Charlie, la télévision nationale était devenue Charlie. Tellement Charlie, qu’elle avait retransmis la fameuse marche ou le roi participa, avec l’air adéquat –et le style adéquat-. Certainement que le directeur a eu la même crainte que moi : des larmes présidentielles pour la mort injuste d’autres Français. Mais il faut dire que le Mali ne pouvait se permettre d’écart de conduite après tout le mal que la France s’est donné pour extirper le nord du pays des mains de pseudo djihadistes – pour la laisser entre celle des pseudo martyres -. Konna est inoubliable. Daniel Boiteux (c’est le premier militaire français qui est décédé à Konna) est inoubliable.

Heureusement, si je peux m’exprimer ainsi en une telle circonstance, les larmes ne sont pas venues du premier rang !

Un Charlie qui n’était pas sans connaître l’état de la liberté d’expression dans son pays. Un Charlie qui a dû apprendre que les Maliens n’ont point apprécié qu’il ignore la mort de 4 militaires maliens à Tenenkou, lors de l’attaque de cette ville de la région de Mopti, à 500 km de Bamako.

Mais beaucoup de Maliens ont probablement compris que nous avons un président difficile à cerner. Un étrange personnage, qui apprécie – je ne sais pas s’il faut mettre ce verbe au passé vu le nombre d’inchallah qui parsèment ses discours- autant les bons vins que la vraie musique mandingue –la kora-, disposant de son propre modèle de couture en bazin, mais appréciant les trois pièces et la cravate pour son protocole et super fan de la sieste.

Oui, il était Charlie, juste en janvier dernier. Nous avons à peine égrené un trimestre, que nous avons la preuve de notre réticence à ne pas croire à la « charlinité » de tous ces présidents africains qui attendent la première occasion pour s’en prendre aux journalistes. Des journalistes qui peuvent faire basculer l’opinion publique.

Le journal malien le Reporter en a fait les frais cette semaine-ci. Le journal n’a pas tout simplement pas été imprimé-techniquement- parce que deux pages manquaient ! Haha… cela est la version visible de l’iceberg.

En effet, le communiqué du journal -qui a pourtant pu paraître malgré les agissements de son imprimeur, Hippo Print- dénonce les interventions d’un ministre du gouvernement charlinien et de son fils auprès de l’imprimeur qui a servi d’intermédiaire – et peut-être aussi de mouchard dans l’autre sens-. Autant de pressions pour demander au Reporter de faire disparaître des articles s’attaquant à la ministre la Culture , de l’Artisanat et du Tourisme – et oui, gros portefeuille – et au fils et non moins député de la République, président de la commission défense, s’il vous plaît !

Le journal ayant refusé, et craignant les foudres du pouvoir, l’imprimeur a tout simplement décidé «  qu’il n’avait simplement pas vu les articles incriminés, et que deux pages manquaient », victime lui aussi de censure, même s’il ne le comprend pas.

Il est facile de se sentir envahi par l’émotion face à des crimes abominables, contre des hommes de presse devenus des cibles à cause de leur opinion et de cette liberté d’expression qui leur permet d’évoquer tous les sujets.

Facile de se clamer démocrate sur tous les toits, voyager d’un pays à un autre et même créer un prix littéraire à son propre nom et celui de son épouse quand on est un président en exercice.

Mais, MONSIEUR LE PRESIDENT CHARLIE, vous savez certainement qu’il est impossible de parler de démocratie sans liberté d’expression…

Moi,  #JeSuisGaoTombouctouKidal, car les mêmes obscurantistes qui ont attaqué le journal Charlie Hebdo continuent à menacer ces trois régions du Mali.

 

 

Advertisements